JOURNALISTE

Chef de rubrique Programmes au sein de Télé Star et de Télé Poche, Sébastien Brochu est un critique télé qui suit parallèlement tous les sports, et en particulier le football, le tennis et le cyclisme. Sa passion première reste cependant le golf, qu’il cultive depuis le début des années 2000 en effectuant régulièrement des reportages pour plusieurs titres dont Golf Magazine. Ses reportages le conduisent à parcourir le monde pour en pratiquer et commenter les parcours de golf les plus variés. Sébastien est par ailleurs l’auteur remarqué de portraits ciselés consacrés aux champions de golf historiques, articles qui ont été publiés chaque mois dans Golf Européen.

Interview golf

Pourquoi le golf fait-il de plus en plus d’adeptes ?
Le golf est un sport de plein air accessible à tous et pour tous les âges. Il est lié à la nature conjuguée à la détente et la mode du bien-être n’est pas étrangère à sa progression. Le golf est un parfait exutoire face au stress qui domine notre rythme de vie. Et techniquement, il offre une extrême diversité dans sa pratique : il n’y a pas deux parcours identiques, deux coups identiques, deux expériences identiques.
Le golf connaît pourtant une stagnation…
Le golf français est parti de très loin et la crise est passée par là… Avant 1985, le pays comptait moins de 200 parcours mais les feux repassent désormais au vert pour qu’enfin le golf devienne un sport populaire, même si les tarifs des parcours ont tendance à augmenter. Avec la Ryder Cup, dès 2018 le golf devrait bénéficier du coup de boost dont il a besoin.
Que lui manque-t-il pour devenir vraiment populaire ?
Le golf n’est pas encore considéré – à tort – comme un véritable sport. Ou disons qu’il est perçu comme un « sport-loisir de riche ». Nous ne possédons pas non plus de culture golfique. Il faut du temps pour ça. Surtout, il nous manque en France le grand champion qui nous ferait rêver, qui propulserait le golf dans une autre dimension, à la fois sportive et médiatique.
Quels sont aujourd’hui les principaux freins à sa pratique ?
Le golf n’est pas une activité proprement urbaine. Pour se rendre sur les sites il faut posséder une voiture et disposer de plusieurs heures dans une journée, ensoleillée de préférence. De plus, l’apprentissage technique, assez long et peu gratifiant au départ, décourage souvent les moins mordus.
Comment y remédier ?
Parmi ses grands chantiers, la Fédération Français de Golf a entrepris une vaste politique de construction de petites structures, proches des villes essentiellement, afin d’attirer une nouvelle clientèle. Et ça fonctionne ! On gomme ainsi le problème des transports, son aspect chronophage et les éventuelles difficultés techniques inhérentes aux grands parcours.
Quel est l’objectif de la Fédération pour les prochaines années ?
Accroître sensiblement le nombre de licenciés – l’objectif affiché de 700 000 adhérents en 2022 me semble tout de même peu réaliste – et trouver le champion français tant attendu ! L’obtention de l’organisation de la Ryder Cup 2018 au Golf National est déjà une victoire très importante, la promesse d’un avenir plus radieux.
Pourquoi la Ryder Cup 2018 est-elle si attendue ?
Il s’agit de la compétition internationale la plus prestigieuse et la plus suivie au monde. Grâce à sa couverture médiatique, le pays deviendra à coup sûr une nouvelle destination golfique. Toute l’économie en profitera : on parle de 300 millions d’euros de retombées ! Rendez-vous compte, lors de l’édition précédente, l’audience télé fut énorme : 375 millions de foyers touchés en 3 jours !
N’est-ce pas un peu ennuyeux le golf à la télé ?
Vous touchez-là un point essentiel. La retransmission d’un tournoi de golf coûte excessivement cher et ce pour des audiences confidentielles… Les réalisations peuvent cependant être améliorées. Elles contiennent actuellement trop de temps morts, beaucoup de putting et peu de suspense… Mais à la Ryder Cup, tout est différent : le spectacle est formidable car les golfeurs jouent en équipe et les parties se déroulent sur tous les trous avec de nombreux rebondissements. Ça va être grandiose !
Quel golfeur êtes-vous ?
Le golf est formidable car il convient à tout le monde, et j’ai la prétention d’être un « monsieur tout l’monde ». Il existe plusieurs types de golfeurs et le golf répond à différentes aspirations. Certains prennent juste du plaisir en se baladant dans la nature, d’autres ne sont satisfaits qu’à travers la compétition. Certains aiment partager, d’autres ont le plaisir de jouer seul. Pour ma part, je suis davantage dans le plaisir épicurien !
Qu’est-ce qui vous plaît et déplaît au golf ?
J’aime la sensation d’abandon total au jeu, la découverte d’endroits souvent magnifiques, les approches lobées. À mon grand désespoir, car il s’agit du secteur de jeu le plus important, je n’aime pas le putting. Et pas davantage le jeu lent et les fortes affluences du week-end…
Comment voyez-vous le golf dans 10 ans ?
Les golfeurs devraient être plus nombreux et plus jeunes. Les green-fees 9 trous vont connaître une croissance considérable. On pourra même payer « au trou joué » ! Je crois aussi que le golf véhiculera une image plus ludique, grâce aux petits parcours et aux simulateurs.
Et vous dans 10 ans ?
J’espère ne pas jouer en voiturette à cause de l’arthrose ! Je me vois désespérément attardé sur un green, maudissant pour la énième fois ce troisième putt… Je me vois aussi donnant toujours des conférences et bien meilleures que celles de maintenant !

Rédaction personnalisée

Si votre swing d’écriture n’est pas assez fluide et que vous recherchez une plume de confiance, pas d’hésitation : Sébastien Brochu vous fournit tous les contenus rédactionnels nécessaires, qu’ils soient promotionnels ou non.

Articles

Golf Magazine

Télé Star / Télé Poche

Golf Européen